Citroën e-Méhari : Le retour de la légende !

Après de nombreuses rumeurs et un concept-car, nommé Cactus M, qui préparait plus ou moins le retour de la mythique voiture des années 1960, Citroën a hier levé le voile sur la e-Méhari, modèle qui sera disponible dès le printemps 2016.

Voici la Citroën e-Méhari !

C’EST FAIT – La Méhari, mythique voiture de loisirs des années 1960, va revoir la lumière au printemps prochain, soit… 48 ans après son premier modèle ! La Méhari, c’est avant tout l’histoire folle d’un petit véhicule qui n’aurait surement jamais du voir le jour. Lancé pour les familles modestes qui, désireuses de disposer d’un petit véhicule pour rouler sur les petits chemins ou sur la plage, partaient en vacances, la Méhari n’a pas tout de suite connu le succès qu’on lui connait. Il faudra attendre quelques années, et notamment une deuxième évolution du prototype, pour que la Méhari explose. En effet, elle avait tout d’une grande, cette petite : matériau en plastique très moderne, possibilité de nettoyer le véhicule de l’intérieur grâce à des bouchons en plastique dans l’habitacle… et surtout décapotable, du jamais-vu à ce prix-là, à l’époque.

Deux générations de Méhari

Citroën e-Méhari : Qu’est-ce que c’est ?

Alors, quand Citroën a annoncé la sortie imminente de la e-Méhari hier, toute la France s’est réjouit. Certes, le projet était dans les cartons depuis un petit moment avec le concept-car Cactus M (photo ci-dessous), qui reprend grosso modo les lignes de cette e-Méhari. Mais finalement, Citroën n’est pas le constructeur de cette future voiture électrique. C’est Bolloré, via sa BlueSummer, qui fournira la base technique de la e-Méhari, et qui va même produire le véhicule. Un petit changement de calandre, façon C4 Cactus, et le tour est joué : voilà la e-Méhari. Techniquement, elle est donc plus courte et plus basse que la Cactus M, et propose un moteur électrique donc, comme vous l’aurez compris de par sa dénomination, de 67 chevaux pour une vitesse maximale de 110 km/h.

Cactus M, la première base de la e-Méhari

Quelle clientèle et quels prix ?

Forcément, un tel véhicule détonne. Citroën n’a pas encore annoncé son tarif, même si nous pouvons légitimement prendre la base de la Bolloré BlueSummer, commercialisée à 24 000 €. Mais quel usage pourra-t-on faire d’un petit véhicule de la sorte, difficile à utiliser en ville en raison de ses caractéristiques physiques et de son peu de puissance ? Pour Citroën, la e-Méhari se veut être la « 3ème voiture » du foyer, celle que l’on utilise en Week-End ou qui reste dans le garage de la maison de vacances. Mais cela pose un problème : la location des batteries coûtant 79 €/mois, ceci pourrait être un frein à l’achat d’un tel véhicule d’usage exceptionnel. Citroën planche déjà sur le sujet, alors que l’industrie du tourisme pourrait représenter un sérieux potentiel pour la marque aux chevrons. Selon elle, de nombreux hôtels haut-de-gamme pourraient être intéressés par l’achat de la e-Méhari, afin de la proposer en location à ses clients. Une dernière chose à noter sur ce jouet proposé par Citroën – car il en dispose toutes les caractéristiques – concerne la batterie : avec son mode « Hibernation », plus besoin de maintenir constamment la batterie à température, ce qui est un énorme avantage en cas d’utilisation très occasionnelle, puisque la batterie se déchargerait en 4 mois… au lieu de 2 jours. De quoi commercialiser rapidement les 1000 exemplaires prévus ?

Différents coloris flashys pour la e-Méhari

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *